» » Rambo: Last Blood
Rambo: Last Blood streaming
HD


Voir en HD

Rambo: Last Blood Film Streaming HD

Lecteur

Synopsis du film Rambo: Last Blood

Film Streaming Rambo: Last Blood Complet en français sur AnyFilm : Dans une tentative désespérée de me rafraîchir la mémoire sur tout ce qui concerne "Rambo", la tentative de 2008 de faire revivre l' autre franchise de cinéma notable de Sylvester Stallone , je suis retourné à la critique que j'ai écrite quand il est sorti. Dans le dernier paragraphe, j'ai écrit: «Peut-être que si ça marche bien au box-office, cela inspirera Stallone à écrire et à diriger un récapitulatif approprié pour un personnage qui lui a servi longtemps et bien - un qui lui permettra de faire face à le monde réel au lieu de l'environnement sous-bande dessinée de cet effort décevant. " Eh bien, onze ans se sont écoulés, et Stallone a donné à John Rambo une autre remise des gaz avec "Rambo: Last Blood". Le titre est peut-être la chose la plus intelligente à ce sujet. Alors que le film s'ouvre, Rambo mène une vie tranquille dans son ranch en Arizona, où il passe maintenant son temps à entraîner des chevaux, adorant sa famille adoptive, Maria ( Adriana Barraza ) et sa petite-fille d'âge universitaire Gabrielle ( Yvette Monreal), assis sur le porche dans son fauteuil à bascule, envisageant peut-être comment ses actions dans «Rambo III» auraient pu contribuer à la formation des talibans. D'accord, peut-être que ce n'est pas tout à fait tranquille - il prend des tonnes de pilules pour combattre le SSPT, il a un système de tunnel souterrain élaboré qu'il a creusé sous sa maison (l'endroit parfait pour le flashback occasionnel de Nam) et il avoue à Gabrielle à un moment donné, en ce qui concerne sa rage intérieure, "J'essaie juste de garder un couvercle dessus." Ayant retrouvé son père perdu depuis longtemps au Mexique, Gabrielle veut descendre le voir et comprendre pourquoi il est parti des années plus tôt. Rambo essaie de l'avertir que c'est à peu près le cloaque le plus horrible de la Terre, mais vous connaissez ces filles courageuses liées à l'université avec un avenir brillant apparemment devant elles. Environ neuf minutes après avoir franchi la frontière,Oscar Jaenada ) et Hugo ( Sergio Peris-Mencheta ). Lorsque Rambo apprend que Gabrielle est partie au Mexique, il part à sa poursuite, mais sa première rencontre avec le gang Martinez se termine avec lui brutalement battu et laissé pour mort dans une ruelle avec une toute nouvelle cicatrice gravée sur son visage. Il est secouru par Carmen ( Paz Vega ), une "journaliste indépendante" qui est là pour soigner ses blessures et offrir les expositions nécessaires. Après la guérison, Rambo retourne à l'articulation Martinez pour sauver Gabrielle dans ce qui ressemble à un hommage encore plus violent à l'apogée déjà macabre du légèrement meilleur " Taxi Driver ". Il s'avère que tout cela est le prélude au point culminant du film, où des hordes de tueurs mexicains se présentent au ranch de Rambo armés jusqu'aux dents et à la recherche de sang, seulement pour découvrir qu'il a donné à ses tunnels un « Home Alone»«Métamorphose de style en le gréant avec des pièges. Tout pour qu'il puisse les poursuivre avec des flèches, des couteaux, des fusils de chasse à canon tronqué, des pointes, des mines et, peut-être le plus cruel de tous, le son de The Doors faisant «Five to One» sur un haut-parleur en violation flagrante de Genève Conventions. Pris simplement sur ses propres mérites, "Rambo: Last Blood" est un film indéniablement horrible. Alors que le précédent épisode a peut-être fait penser à bon nombre des imitations bon marché «Rambo» produites dans les années 80 par Cannon Films et mettant en vedette Chuck Norris ou Michael Dudikoff , celui-ci ressemble plus à un élément direct à la vidéo qui inexplicablement rendu aux multiplexes. Le scénario de Stallone et Matthew Cirulnickest une œuvre impardonnablement maladroite dans laquelle même les points les plus rudimentaires de l'intrigue ont été mis de côté, le dialogue est embarrassant et lourd («Je veux qu'ils sachent que la mort arrive») et les sensations cinétiques qui ont fait «Rambo: First Blood La partie II "observable a été remplacée par un carnage exagéré (rendu encore moins efficace par le recours excessif à CGI gore). Derrière la caméra, Adrian Grunberg(qui a déjà fait "Get the Gringo", une fête du sud de la frontière qui a été faite avec un certain style et esprit) dirige clairement cela par les chiffres, mais, sur la base d'un style visuel trop sombre et d'une mise en scène maladroite, il ne sort jamais des chiffres. Oui, certains des morceaux incroyablement sanglants pendant le dernier tronçon sont amusants de manière malade, mais même ces moments sont trop peu et trop tard pour aider les choses. Voici ce que je ne peux pas comprendre sur "Rambo: Last Blood". Stallone est un homme intelligent, une présence singulière à l'écran et a montré de fortes cotes d'acteur quand on lui donne du matériel qui lui permet de tirer pleinement parti de ses talents. Peut-être qu'il ne se sent pas aussi proche du personnage de Rambo que de Rocky Balboa parce que Rambo n'était pas une de ses créations. Néanmoins, l’original « First Blood»(1982) reste un film extrêmement fort, intelligent et réfléchi et sa performance y est toujours l'une de ses meilleures. Les suivis n'ont peut-être pas été aussi proches en termes de qualité, mais ils ont suffisamment réussi pour faire penser que si ce film est vraiment la dernière apparition de John Rambo. Stallone pourrait vouloir faire un effort pour envoyer le personnage avec un certain respect, comme il l'a fait avec sa plus grande création dans Rocky Balboa et les films " Creed ". Pense-t-il honnêtement que c'est une conclusion appropriée à un rôle qui a contribué à faire de lui l'une des plus grandes stars d'Hollywood? Pour son bien, espérons que non. À peu près une arnaque de bout en bout (il se déroule en un peu moins de 90 minutes, au moins 10 de ceux dédiés à une séquence de générique de fin mettant en vedette les faits saillants de tous les films précédents, y compris celui qui vient de se terminer), "Rambo: Last Blood »est indésirable du début à la fin. Sans dévoiler quoi que ce soit, il faut noter que la fin n'empêche en aucun cas la possibilité d'un autre film («Rambo: Last Blood Part II», peut-être?) Si celui-ci fait une tuerie au box-office. Eh bien, si cela se produit, peut-être que Stallone suivra mon conseil et donnera enfin au personnage un envoi digne. À moins que cela, il peut peut-être simplement abandonner l'idée et faire "Rhinestone II" à la place, une notion qui me semble beaucoup plus attrayante à ce stade..